Partagez | 
 

 lexa ryswell (ft blake lively)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Reinhartvieille fille et blogueuse désespéréeavatarposts : 94
name : valyria (aurélie)
faceclaim : emma watson (Granger)
âge : vingt-cinq ans.

MessageSujet: lexa ryswell (ft blake lively)   Mar 17 Jan - 9:43

ÂGE, LIEU DE NAISSANCE : (vingt-neuf ans, nyc) Ses yeux se sont posés pour la première fois sur ces lumières animées qui étaient pour ses yeux d'enfants semblables à des lucioles. Et depuis ce jour, Lexa n'a jamais quitté cette ville que l'on surnomme the big apple. Cette ville qui l'a vu grandir et évoluer, mais non pas s'assagir, au fil de ces vingt-neufs années beaucoup trop courtes à son goût. Celle qu'elle se plait à appeler dans un doux murmure sweet home. ORIGINES, NATIONALITÉ : (italiennes, américaines) Les fins traits de son visage angéliques trahissent le côté méditerranéen de son arbre généalogique dont elle détient également la particularité d'avoir le sang chaud. Mais c'est bien pour les beaux yeux de son jeune époux américain que sa mère a laissé derrière elle son tendre pays et sa chère famille. Ce fût donc par sa naissance sur le sol américain que Lexa obtenu la nationalité. EMPLOI, ÉTUDES : ($$$$ - chroniqueuse) La consécration. Elle semblait n'être encore qu'une enfant quand ses pieds en talons aiguilles signés Chanel ont foulé pour la première fois l'entrée de l'immeuble disproportionné, la tête pleine de rêve et d'espoir. Au bas de l’échelle, personne ne connaissait son nom, ne répondant qu'à miss coffee. Pourtant, la blonde a lentement gravi les marches jusqu'au podium et détient désormais sa propre chronique dans lightway où elle répond aux problèmes émotionnelles des lecteurs. STATUT CIVIL : (en couple paraît-il) Un mensonge anodin, qui semblait si bénin. Ouvrant son coeur d'une part et le fermant de l'autre. Ces envies qui se heurtent à la réalité. Le sentiment de n'être que l'arrière plan d'un magnifique photo. Plutôt que d'affronter une réalité trop douloureuse à avouer, elle a préféré fuir et s'engouffrer dans les profondeurs. Laissant alors croire son meilleur ami d'une histoire idyllique et utopique avec un autre qui n'a jamais existé. ORIENTATION SEXUELLE : (hétérosexuelle) C'est sans nul doute que son attirance s'éprend pour les hommes, elle n'en a jamais douté. En particulier un seul depuis maintenant des années, en secret. Un fantasme et un rêve inavoué. STATUT FAMILIALE : (deuxième enfant d'une fratrie de cinq) Les Ryswell n'ont rien de bien extraordinaire. Ils ne sont pas riches, ni même pauvres. Ils sont considérés comme des gens modestes qui se sont toujours satisfaits de ce qu'ils possédaient. Valeurs qu'ils ont d'ailleurs transmis à leur cinq enfants. Ils n'ont pas de renommé et n'ont rien accompli qui mérite d'être inscrit dans les journaux, contrairement à l'élite de la ville qui ne dort jamais. Des gens simples qui croient aux rêves et aux ambitions de chacun. Une famille unie et soudée, partageant leurs craintes et les heureux événements. Un soutien, une épaule sur laquelle se confier. PÉCHÉS MIGNONS : (une boîte de cookies) Rien de tel pour la consoler, la rassurer, l'amadouer ou même se faire pardonner. Elle ne peut résister à son fin goût caramel aux petites de chocolat et noisettes. Mais attention, une fois entre ses mains, il est impossible de lui reprendre au risque de réveiller une lionne enragée. Bien rangée et cachée au fond d'un placard, sa fameuse boîte de cookies est sacrée et surtout réservée. TRAITS DE CARACTÈRE : C'est une petite boule intrépide bouillonnant d'énergie, de dynamisme et de spontanéité. Imprévisible, elle s'amuse à surprendre les gens par toutes sortes d'attentions et de divertissements. C'est une femme des plus douces et généreuses avec un brin de folie et de romantisme qui n'est à la portée que de ceux qui auront le courage de chercher. Un peu philosophe dans l'âme, elle trouve toujours à débattre sur n'importe quel sujet, et la plupart du temps, elle analyse les gens. D'autant plus que son instinct et son intuition ne se trompent que très rarement. Honnête, la blonde est un livre ouvert parfois confus mais elle ne mâche pas parfois ses mots pour exprimer ce qu'elle ressent. Elle est également très protectrice envers les gens à qui elle tient et n'hésite pas à être l'épaule réconfortante dont ils ont besoin. Le coeur sur la main, sa générosité est sans conteste et sa tendresse inégalable. Une jolie tête pleine de rêves qui met toute son énergie pour les réaliser. GROUPE : (prada)

✰ I FEEL LIKE WALKING THE WORLD.
(1) Dès que Lexa a une contrariété ou qu'elle est déprimée, elle se réfugie dans la nourriture plutôt sucrée. Tous ce qui est gâteaux et glaces, tout y passe. En particulier sa boîte de cookies caramel aux petites de chocolat et noisettes. Il lui arrive de se retrouver à être le cliché de ces films à l'eau de rose : elle regarde Bridget Jones suivi de près par Dirty Dancing, avec son pot de Ben & Jerry's et si ça va vraiment pas, elle peut mettre du Whitney Houston. Mais là, c'est que ça va vraiment mal et qu'elle a touché le fond. (2) Quand elle n'était encore qu'une enfant, elle a cassé le vase hérité de la grand mère maternelle. Un truc qui traînait dans la famille depuis des générations, soit-disant. Sa mère le vénérait littéralement, il était fait main en plus de ça. Alors, ayant trop peur de se faire gronder, elle a accusé son grand-frère qui en a assumé la responsabilité. Depuis, personne ne connait la vérité. Elle garde le secret et elle l'emportera dans sa tombe. (3) Contre toutes attentes, la blonde a des goûts musicaux assez particuliers, qui n'est pas facilement repérable aux premiers abords. En effet, c'est une fan de la musique rock qui tire vers le hard rock et métal. Des groupes comme Metallica, Scorpions ou encore ACDC et Ramstein sont ceux qui ont bercé son enfance, probable influence de son frère aîné. Elle rêve de voir l'un d'entre eux en concert. Car à chaque fois qu'ils passent dans le coin, elle a le don de s'y prendre trop tard. (4) Une autre de ses passions, mis à part l'écriture qui prend la plupart de son temps libre, c'est en particulier les films d'horreur. Oui, les films à l'eau de rose, c'est uniquement les grands classiques et en période de déprime. Les films d'horreur sont beaucoup plus intéressants. Bien que les scénarios sont vraisemblablement pareil qu'importe le film, elle aime quand même frisonner de peur, pour les rares films qui la surprenne. Ca lui donne une certaine excitation et adrénaline. Non, elle n'est pas folle. (5) Lexa réagit plus souvent qu'elle ne le devrait sous le coup de l'impulsivité, caractéristique aussi de son sang chaud venu d'Italie. Elle agit avant de réfléchir quand elle se laisse dominer par ses émotions. La dernière folie en date ? Quand elle a fait croire à son meilleur ami qu'elle était en couple pour cacher l'article sur lui qu'il avait découvert où elle dévoilait son amour. Que des trucs foireux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
Jade Reinhartvieille fille et blogueuse désespéréeavatarposts : 94
name : valyria (aurélie)
faceclaim : emma watson (Granger)
âge : vingt-cinq ans.

MessageSujet: Re: lexa ryswell (ft blake lively)   Mar 7 Nov - 21:46

"C'est pas compliqué, bon sang..." Jurait-elle en faisant les cents pas, dans le froid et surtout devant la porte close de cet immeuble, seul obstacle vers la vérité et vers une chaleur réconfortante. Tout semblait disproportionné et amplifié. L'immense porte d'entrée lui donnait le vertige, tandis que le fond sonore de la ville animée, entre les taxis et les boutades des habitants, lui irritait profondément les tympans. Si bien que la blonde ne parvenait plus à réfléchir correctement, ni même à se concentrer sur les mots justes à prononcer. Ce fameux discours. Le courage qu'elle tenait fermement entre ses mains et qui, pourtant, n'arrivait pas encore à s'exposer. Un coeur prêt à être ouvert mais qui demeure beaucoup trop timide. "Roy, je t'ai menti. Je ne suis pas avec Alec. Je t'ai menti parce que..." Je suis amoureuse de toi depuis des années. Mais c'est le silence qui s'installait. Lexa remontait alors son épaisse écharpe aux couleurs de l'automne contre son cou et jusqu'à son nez congelé. Son regard d'azure perdu dans le vide. Ses pensées sans queue ni tête se succédèrent. Des images confuses s’enchaînèrent dans un méli-mélo indéchiffrable, s'imaginant alors le pire comme le meilleur. La boule au ventre. Les nerfs à vif. La gorge nouée. Elle se mordait la lèvre, commençant à chercher un échappatoire. "Mais non, c'est absurde..." Soufflait-elle encore une fois au plein milieu de la rue avant de prendre une grande respiration comme pour reprendre du poil de la bête. Mais ses épaules s'affaissèrent, portant un lourd poids qu'elle ne parvenait toujours pas à se défaire. Elle levait alors le regard vers la fenêtre de l'appartement de son meilleur ami. La pièce principale était éclairée, signe qu'il était bel et bien là, ce qui ne fit qu'augmenter son anxiété. Levant les mains pour regarder ses doigts, ces derniers tremblaient à cause du froid ou juste de ses émotions, ou peut-être même un peu des deux. Se résignant à les rentrer au chaud dans les poches de son manteau, Lexa commençait à légèrement sautiller sur elle-même pour se réchauffer. "Ah l'amour !" S'exclamait une voix alors que la chroniqueuse était à l’affût d'un taxi pour retourner à sa colocation. Elle se tournait alors vers un sans-abri qui s'était logée à côté d'une rampe d'escaliers. "Je vous demande pardon ?" Lâchait-elle en s'approchant légèrement tout en gardant une distance de sécurité par méfiance. Les rues de nyc ne sont plus aussi sûres qu'autrefois. "Vous n'êtes pas très discrète et Dieu m'a fait des oreilles pour entendre." Répliquait-il à son tour, ajustant son bonnet troué sur sa tête dégarnie. Lexa haussait alors les épaules, forcée de reconnaître qu'il n'avait pas tout à fait tord. Cela devait faire au moins une bonne vingtaine de minutes qu'elle donnait ses réflexions en spectacle à tout public confondu. Elle se mordait une nouvelle fois les lèvres sans pour autant ajouter un mot, prise entre l'envie de gravir ces escaliers quatre par quatre et celle de partir en courant un sprint jusqu'à chez elle. "A quoi bon avoir un coeur s'il ne peut pas s'exprimer, ma belle ?" S’immisçait-il alors encore un peu plus dans sa vie privée. Il avançait alors son visage vers la lumière, comme pour diminuer l'appréhension de la demoiselle. "Il y a des circonstances qui font que ce n'est pas si simple d'avouer quelque chose de si personnel." Baissait-elle le regard, le rivant alors sur les pavés parfois cassés du trottoir. Son pied jutait malencontreusement contre une pierre qui roula jusqu'à une bouche d'égout. "Croyez-moi, il n'y a rien de pire que les regrets." Voilà des paroles qu'elle aurait très bien pu écrire dans sa rubrique, à une lectrice des plus dévastées. Quelle ironie du sort, l'experte des conseils sur les relations amoureuses s'en fait donner par un sans-abri. Après tout, il avait tapé dans le mille. Il n'y a rien de plus difficile que de vivre avec des regrets, de s'imaginer les possibles événements, les possibles tournures si on osait braver la peur. Et qui était elle pour juger si elle n'était même pas capable d'assumer et de mettre en application ses propres conseils ? Acquiesçant de la tête, oui, elle était décidée à affronter la réalité. Elle était prête à faire face à ses sentiments. Adviendra que pourra. Le choix ne sera plus entre ses mains, mais entre les siennes. Plus de secret, plus de mensonges.

Alors qu'une résidente sortait de l'immeuble, Lexa en profita pour s'y introduire. Gravissant les escaliers, chaque marche représentait une petite victoire qui lui permettait de se rapprocher de son but ultime et elle serrait les poings pour garder sa volonté intacte. Une fois devant le pallier de la porte, la blonde prit une grande inspiration puis souffla lentement pour calmer son stress. "C'est parti." Lâchait-elle avec conviction avant de pousser la porte. Glissant d'abord la tête à l'intérieur, elle constatait rapidement que tout était calme. Aucun signe d'Ollie à l'horizon, à son plus grand bonheur. S’immergeant dans l'appartement, elle refermait la porte derrière elle et entreprit de s'avancer vers le salon. "Ollie, c’est toi ?" Retentissait enfin la voix de Roy. Mais à la mention du nom de cette pimbêche, la chroniqueuse ne pouvait s'empêcher de marquer une pause pour freiner son impulsivité. Secouant la tête pour chasser ses pensées négatives, elle rejoignit cet homme qui était posé à son bureau. "Bon sang, tu m’as fait peur Lexa." Se rendit-il compte enfin de sa présence, surpris de la trouver chez lui. Une main sur son coeur, comme s'il avait loupé un battement, il vint à sa rencontre. "Je vois que ma présence te fait plaisir." Lui lâchait-elle en lui faisant la bise pour le saluer, l'adrénaline des marches d'escaliers retombant progressivement. "Désolée que ça ne soit pas Ollie." Surenchérissait-elle, piquée au vif. Sa volonté s'échappait entre ses doigts, se faisait la malle au loin. Tout le monde possède une fierté et un certain orgueil. C'est ces deux-là qui ont été touché à son entrée. Un petit silence se glissait entre les deux, démontrant parfaitement aux yeux de Roy que ses réflexions n'étaient pas les bienvenues. Néanmoins, la jeune blonde ne mit pas longtemps à déchiffrer dans le regard de son ami une sorte de contrariété, ou plutôt une angoisse. "Qu’est-ce qui ne va pas ?" S’inquiétait-elle immédiatement, d'une voix tendre et qui se voulait digne de confiance. A la vue de tous ses papiers, Lexa ne mit pas longtemps à comprendre la raison de son tracas. Dans un geste doux et spontané, elle déposait sa main frêle et froide sur son bras. Un signe de soutien, d'amour. "Tu n’es pas obligé de le faire, Roy." Leurs yeux se croisèrent et s'entremêlèrent. Elle aurait pu tout lui donner, tout quitter et tout risquer. Elle ferait n'importe quoi pour que ses cernes disparaissent, pour que son coeur soit plus léger. Le prendre dans ses bras. Lui dire que tout ira bien. Être l'épaule sur laquelle il se repose. "Malheureusement, si. Mon père compte sur moi. Ollie aussi." Une nouvelle fois, Lexa fût piquée là où ça fait mal. Il y a des sujets qu'il ne vaut mieux pas aborder. La fameuse petite amie en faisait partie. C'était même le sujet numéro un, celui qui met dans une colère noire. C'était devenu viscéral. Lexa n'y pouvait rien, elle ne la sentait pas. Son intuition lui disait de s'en méfier. Un manque d'honnêteté pour elle et un manque de lucidité pour lui. Levant les yeux au ciel, elle lui lâchait tout le fond de sa pensée : "Tu m’étonnes. Elle n’attend que ça. Comment peux-tu être aveugle à ce point Roy ? Elle se sert de toi pour obtenir elle aussi des droits sur la boîte. Tu n’es qu’un pion dans son ascension vers la direction." Elle aurait pu peut-être trouver des mots plus tendres. Mais cette situation durait depuis tellement longtemps, sans qu'il n'arrive à voir la réalité de ses intentions. C'était son devoir, au moins au tant qu'amie, de lui ouvrir les yeux. Mais le regard qu'elle eut en retour lui glaçait le sang. Si bien qu'elle ressentait un long frisson remonter jusqu'à sa nuque. "Va te faire foutre Lexa. T’es jalouse, c’est tout. Car contrairement à toi, Ollie a de l’ambition et travaille dur. Tu ne la connais pas. Va-t-en s’il te plait. Je n’ai pas besoin de toi ici." Lui crachait-il sèchement au visage. Lexa reculait d'un pas face à la dureté de ses paroles. Voilà donc l'image qu'il avait d'elle ? Une pauvre fille jalouse sans avenir et sans utilité. Se mordant la lèvre pour ne pas craquer devant lui, elle tournait les talons et prit la porte. Elle descendit en trombe les escaliers jusqu'à retrouver le souffle glaciale de la nuit la frapper au visage. "Alors, ma belle, il s'est passé quoi ?" S'enthousiasmait le sans-abri qui était là à attendre la fin de l'histoire. Reniflant un coup, elle ouvrit son sac pour y plonger sa main et en sortir son porte-monnaie. Elle sort un billet de vingt dollars qui traînait pour les donner au vieille homme. "Je choisis les regrets."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
 
lexa ryswell (ft blake lively)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
valyria test :: chapter one/ every flight begins with a fall. :: Nothing burns like the cold. :: mes personnages.-
Sauter vers: