- katya vasilev (forum harry potter) -

 :: Administration :: Partie Staff :: mes personnages.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Gabriella Vesarivieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
posts : 73
name : .valyria (aurélie)
faceclaim : ucey
Sujet: katya vasilev (forum harry potter) ( le Mar 17 Jan - 10:21 )
nom, prénoms : La blonde porte le nom de Vasilev, hérité de son côté maternel et moldu. Père inconnu, c'est un secret que sa mère a emporté dans la tombe. Katya est le prénom qui lui fût donné. Par hommage, par dépit, par manque d'imagination ? Qui sait. Mais cela n'a plus vraiment d'importance car lorsque l'on devient esclave des gens plus "dignes" de la magie, nous sommes personnes. Juste des ombres à leur service. âge : Sa notion du temps s'est perdu dans son infinité, à travers les interminables jours et les pénibles nuits d'un enfant sans racines. Trente cinq années qu'on lui répète que son existence s'avère écoeurante, répugnante et méprisable. date, lieu de naissance : C'est dans la petite province de Sevlievo, au centre de la Bulgarie, que l'enfant indésiré arriva dans ce monde le vingt-quatre décembre de l'année 1880. origines : Faisant abstraction de l'absence d'une partie de l'arbre généalogique, les traits de son visage reflètent ses origines bulgares. Mais la blondeur intense de ses cheveux soupçonnent des gênes nordiques. nature du sang : Sur ses épaules, l'image d'un sang impur, d'un sang mêlé. Rejeton d'un père sorcier inconnu, probablement honteux d'avoir engendré cet obscénité, et d'une mère moldu ayant finalement payé pour ses nombreux crimes passionnels. statut civil : Condamnée à rester jusqu'à la fin de ses jours célibataire, les violences subies dans son passé ont déployé son angoisse de se faire toucher par un homme. profession : Désireuse d'aider les plus démunis, elle s'est lancée dans une carrière de médicomage à la capitale, peut être en hommage à ce jeune garçon qui lui administrait des potions de soin lors qu'elle n'était encore qu'une esclave, marquée par les coups de son maître. don : A chaque pleine lune s'élevant dans la nuit, c'est en lycanthrope que la belle demoiselle se transforme. La jolie chevelure blonde laisse place à un sauvage loup blanc aux yeux perçants. maison : Enfant, la jolie blonde s'est enfuie pour la France avec sa nouvelle famille. Elle a donc suivi l'ensemble de sa scolarité à Beauxbâtons où elle fût diplômée puis médicomage à l'école avant de repartir pour l'Empire. baguette : La baguette. L’instrument de prédilection qui définit tout sorcier. Celle de la demoiselle est longue de 30,5 centimètres et a été fabriqué à partir d’un chêne blanc. Cassante, il est entreposé en son coeur un crin de centaure reflétant le côté sauvage de la blonde qui s’est libéré grâce à son don. patronus : En lien avec son don qui lui a permis de s'extraire de sa vie d'esclave, c'est un majestueux loup blanc que représente son patronus. epouvantard : En raison des nombreux traitements impitoyables subits durant son esclavage, le père vogel est le reflet de son epouvantard. amortentia : Le mélange de l'arôme du chocolat mélangé à de la cerise, ce doux parfum exquis lorsque l'on découpe une tranche de forêt noire. Ce gâteau aux miles délices en bouche et à l'odeur envoûtante qui s’imprègne dans les murs et révèlent les sens. Cette pâtisserie est le plus grand péché mignon de la belle blonde. groupe : empty chairs at empty tables.

(1) Enfant d'un père inconnu, sa mère a été contrainte de l'abandonner à l'âge de six ans à un marchand d'esclaves nordique contre le paiement de ses dettes. (2) Vendue à la famille Vogel pour une modeste somme, ce sont les autres esclaves de la maison qui lui ont appris la langue. (3) Pendant plusieurs années, elle observait dans l'ombre le jeune garçon Vogel, jalouse de ses biens et de sa vie. (4) Une fois la demeure déserte de sang-purs, la jeune esclave se glissait dans la chambre de Félix pour profiter de ses jouets. (5) Dotée d'un fort caractère et d'un esprit de résistance, elle fût rapidement rappeler à l'ordre par le père Vogel dont la dureté des coups ont marqué sa peau, lui rappelant où est sa place. (6) Sept années de servitude ont suffit à la détruire psychologiquement. Plus renfermée que jamais, la jeune enfant bulgare qui était autrefois sauvage est devenue une ombre, effrayée des autres. (7) Pour épargner une autre servante de la main impitoyable du patriarche Vogel, elle prit sous sa responsabilité la faute commise. C'est désormais le sceau des Vogel qui est marqué au fer rouge sur sa nuque. (Cool Sans trop en comprendre la raison, Félix parvient à la rejoindre le soir pour panser ses plaies. D'abord sur ses gardes, ils finissent par se confier timidement l'un à l'autre. (9) Katya s'est fait mordre par un lycanthrope à l'âge de treize ans la fameuse nuit où elle devait s'enfuir avec le jeune garçon Vogel. (10) Elle a donc pris la fuite jusqu'en France avec ce couple qui l'a transformé, laissant Félix à sa propre solitude. (11) Les français étant beaucoup plus tolérants sur la nature du sang, Katya a effectué l'ensemble de sa scolarité à Beauxbâtons. (12) S'enchaînant dans le cachot de l'école les nuits de pleine lune, elle s"est promise de se venger de ces sangs-purs qui ont ruiné sa vie. (13) D'abord élève puis ensuite médicomage à l'école de sorcellerie, Katya fût reconnue pour ses nombreux talents en matière de soins magiques. Domaine qu'elle a choisi en hommage au jeune Vogel. (14) Elle a été recrutée par la résistance en vue de combattre l'Empire, conscient de l'avantage qu'apporterait son don. D'abord hésitante, c'est la pensée de Félix qui l'a convaincu. (15) Voilà maintenant trois ans qu'elle est de nouveau sur le territoire, essayant de s'infiltrer et d'obtenir des informations par tous les moyens.


Maintenue contre le sol, sa joue écrasée contre les joints du parquet en bois ciré. Ses yeux embrumés, effrayée par la fureur de son maître. Cauchemar éveillé.

Sa chevalière tenue au bout de la pince à cheminée, il approchait le bijou des flammes ardentes. La jeune enfant, innocente de tout crime, se débattait d’autant plus à l’entente des crépitements du feu. Sans aucun cri, elle usait du peu de force qu’il lui restait après ses nombreux coups pour se défaire de son emprise. Mais le père Vogel, plus imposant que la mince carrure de l’esclave, n’avait aucune difficulté à l’enfoncer dans le bois des planches. C’était une leçon qui lui offrait. Savoir où était sa place. A qui elle appartenait. Qu’elle n’était qu’un rejeton abject dont l’esclavage doit être perçu comme un cadeau. Une récompense.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella Vesarivieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
posts : 73
name : .valyria (aurélie)
faceclaim : ucey
Sujet: Re: katya vasilev (forum harry potter) ( le Lun 8 Mai - 21:10 )
nOM, PRÉNOMS : La blonde porte le nom de Vasilev, hérité de son côté maternel et moldu. Père inconnu, c'est un secret que sa mère a emporté dans la tombe. Katya est le prénom qui lui fût donné. Par hommage, par dépit, par manque d'imagination ? Qui sait. Mais cela n'a plus vraiment d'importance car lorsque l'on devient esclave des gens plus "dignes" de la magie, nous sommes personnes. Juste des ombres à leur service. ÂGE : Sa notion du temps s'est perdu dans son infinité, à travers les interminables jours et les pénibles nuits d'un enfant sans racines. Trente cinq années qu'on lui répète que son existence s'avère écoeurante, répugnante et méprisable. DATE, LIEU DE NAISSANCE : C'est dans la petite province de Sevlievo, au centre de la Bulgarie, que l'enfant indésiré arriva dans ce monde le vingt-quatre décembre de l'année 1880. ORIGINES : Faisant abstraction de l'absence d'une partie de l'arbre généalogique, les traits de son visage reflètent ses origines bulgares. Mais la blondeur intense de ses cheveux soupçonnent des gênes nordiques. NATURE DU SANG : Sur ses épaules, l'image d'un sang impur, d'un sang mêlé. Rejeton d'un père sorcier inconnu, probablement honteux d'avoir engendré cet obscénité, et d'une mère moldu ayant finalement payé pour ses nombreux crimes passionnels. STATUT CIVIL : Condamnée à rester jusqu'à la fin de ses jours célibataire, les violences subies dans son passé ont déployé son angoisse de se faire toucher par un homme. PROFESSION : Désireuse d'aider les plus démunis, elle s'est lancée dans une carrière de médicomage à la capitale, peut être en hommage à ce jeune garçon qui lui administrait des potions de soin lors qu'elle n'était encore qu'une esclave, marquée par les coups de son maître. DON : A chaque pleine lune s'élevant dans la nuit, c'est en lycanthrope que la belle demoiselle se transforme. La jolie chevelure blonde laisse place à un sauvage loup blanc aux yeux perçants. MAISON : Enfant, la jolie blonde s'est enfuie pour la France avec sa nouvelle famille. Elle a donc suivi l'ensemble de sa scolarité à Beauxbâtons où elle fût diplômée puis médicomage à l'école avant de repartir pour l'Empire. BAGUETTE : La baguette. L’instrument de prédilection qui définit tout sorcier. Celle de la demoiselle est longue de 30,5 centimètres et a été fabriqué à partir d’un chêne blanc. Cassante, il est entreposé en son coeur un crin de centaure reflétant le côté sauvage de la blonde qui s’est libéré grâce à son don. PATRONUS : C'est un majestueux cerf que représente son patronus. Symbole de prudence en lien avec sa méfiance envers autrui et sa difficulté à s'ouvrir au monde. EPOUVANTARD : En raison des nombreux traitements impitoyables subits durant son esclavage, le père vogel est le reflet de son epouvantard. AMORTENTIA : Le mélange de l'arôme du chocolat mélangé à de la cerise, ce doux parfum exquis lorsque l'on découpe une tranche de forêt noire. Ce gâteau aux miles délices en bouche et à l'odeur envoûtante qui s’imprègne dans les murs et révèlent les sens. Cette pâtisserie est le plus grand péché mignon de la belle blonde. GROUPE : empty chairs at empty tables.
QUEL EST VOTRE AVIS SUR LE TSAR ?
Il l’a déjà été constaté dans l’histoire de beaucoup de pays, comme la France par exemple. Nous ne pouvons mettre fin à ce type de régime qu’à travers la disparition de l’homme qui le mène. Katya se bat pour la résistance afin de le mettre à terre. Pour le briser, lui et son royaume. Il faut parfois détruire pour mieux reconstruire. Tsar Aleksandr Bytchkov. Le responsable de tous ces maux. Son arrachement des bras de sa mère. Son enfance ruée de coups par son maître. Ces blessures physiques et psychologiques. Aucun enfant ne devrait avoir à subir ce genre de châtiment uniquement du fait de la composition de son arbre généalogique. En quoi doit-il subir les conséquences d’un acte qu’il n’a pu maîtriser ? Un jour viendra où l’ordre naturel des choses sera rétabli. Où les enfants joueront tous ensemble. Où personne ne sera jugé à la couleur de sa peau ou à la nature de son sang. Katya en est absolument convaincue du plus profond de son âme et elle donnera sa vie pour défendre cette cause.

QUE PENSEZ-VOUS DE L'ENTRÉE DES SANG-MÊLÉS À DURMSTRANG ?
Katya n’était déjà plus dans l’Empire lorsque l’entrée de l’institut Durmstrang fût ouverte pour les gens de son sang. Pourtant, la nouvelle s’est rapidement répandue à travers les différentes contrées magiques. Bien que cela puisse être considéré comme une avancée et une ouverture d’esprit, elle eût vent de nombreux témoignages où rien n’avait jamais changé. Les mœurs étaient restées telles quelles. Certes, les enfants sang-mêlés pouvaient désormais étudier la magie comme tous sorciers qui en ont reçu la capacité. Mais avaient-ils réellement leur place ? Les réactions des autres étudiants sang-purs. Comment sont-ils traités par les autres sorciers ? De nombreuses questions qui n’ont jamais trouvé de réponses dans les gazettes mais aux yeux de Katya, ils n’étaient pas pleinement acceptés et cette loi, mal accompagnée pour elle, pouvait entraîner des violences incontrôlables. Malgré cela, leur entrée restait un pas vers le combat de sang-mêlés pour leur reconnaissance.

QUE REPRÉSENTE L'ESCLAVAGE DES SANG-MÊLÉS POUR VOUS ?
L’esclavage a constitué la première partie de sa vie. Jusqu’à l’âge de treize ans, Katya était au service de la maison Vogel. Subissant jour après jour les coups ravageurs du patriarche. Marquée au fer rouge du sceau de la maison, elle ne peut oublier ce passé qui l’a condamné pour le restant de sa vie à ne jamais trouver la paix. L’esclavage, qu’importe le sang, réduit la personne à l’état de simple objet. Alors qu’elle est une âme au même titre que tous les autres membres de l’univers. Une âme qui recherche sa place dans ce monde si dense. Katya n’était qu’une enfant durement malmenée par les supplices de la vie et bien trop jeune pour en comprendre les raisons. Une fatalité. Aujourd’hui, c’est un combat. Bien que l’abolition de l’esclavage ait été proclamé, nombreux sont les sorciers à l’encontre de cette directive. Les sang-mêlés enchaînés aux pieds de ces êtres infâmes sont encore en surnombre. En rejoignant la résistance, Katya en a fait son but, sa ligne de vie, sa raison d’être. Les libérer.

QUELLE EST VOTRE POSITION VIS-À-VIS DE LA RÉSISTANCE ?
La résistance. Comme une vague qui l'emporte encore et toujours plus loin, l'éloignant du rivage. Une fois engagée, même en usant de toutes nos forces, il devient impossible de revenir en arrière. Il faut être fort pour nager jusqu'à l'autre rive, gardant les yeux rivés vers notre point d'attache. Ne jamais perdre notre objectif. Y parvenir. S'y hisser. Se tenir debout sans perdre l'équilibre. Fort. Tenace. Recrutée à l'âge de vingt-huit ans, un lycanthrope devait être un élément non négligeable au sein de la résistance. Les mêmes idées. Les mêmes valeurs. La même douleur du passé. Les mêmes maux qui les rongent tous. Et la même force qui s’en est finalement dégagée. Esclaves, sang-purs. Tous réunis dans ce même combat. Cette volonté de rétablir l’égalité. Malgré la haine qui s’était installée au plus profond de son cœur envers les sang-purs, elle a hésité quelques jours. L’Empire lui rappelait toujours son enfance en tant qu’esclave et les nombreux maux qui s’en sont suivis. La convalescence fût longue et non sans peine. Elle n’a jamais vraiment cicatrisé de ses blessures intérieures. Mais c’est la pensée de Félix, ce jeune garçon soucieux de sa santé qui l’a poussé à accepter. Une impulsion incontrôlée. En plus d’être de lui donner la possibilité d’assouvir une vengeance personnelle, tenant ainsi la promesse qu’elle s’est faite à elle-même le premier jour de son départ pour la France, Katya aurait l’occasion de le retrouver. Mais dans quel but ? Elle ne le sait pas encore. Elle ressent juste ce besoin d’un jour croiser à nouveau son chemin. Après un entraînement acharné et diverses missions qui ont prouvé son dévouement à la cause, Katya est aujourd’hui l’un des bras-droits des chefs de la rébellion.
(1) Enfant d'un père inconnu, sa mère a été contrainte de l'abandonner à l'âge de six ans à un marchand d'esclaves nordique contre le paiement de ses dettes. (2) Vendue à la famille Vogel pour une modeste somme, ce sont les autres esclaves de la maison qui lui ont appris la langue. (3) Pendant plusieurs années, elle observait dans l'ombre le jeune garçon Vogel, jalouse de ses biens et de sa vie. (4) Une fois la demeure déserte de sang-purs, la jeune esclave se glissait dans la chambre de Félix pour profiter de ses jouets. (5) Dotée d'un fort caractère et d'un esprit de résistance, elle fût rapidement rappeler à l'ordre par le père Vogel dont la dureté des coups ont marqué sa peau, lui rappelant où est sa place. (6) Sept années de servitude ont suffit à la détruire psychologiquement. Plus renfermée que jamais, la jeune enfant bulgare qui était autrefois sauvage est devenue une ombre, effrayée des autres. (7) Pour épargner une autre servante de la main impitoyable du patriarche Vogel, elle prit sous sa responsabilité la faute commise. C'est désormais le sceau des Vogel qui est marqué au fer rouge sur sa nuque. (Cool Sans trop en comprendre la raison, Félix parvient à la rejoindre le soir pour panser ses plaies. D'abord sur ses gardes, ils finissent par se confier timidement l'un à l'autre. (9) Katya s'est fait mordre par un lycanthrope à l'âge de treize ans la fameuse nuit où elle devait s'enfuir avec le jeune garçon Vogel. (10) Elle a donc pris la fuite jusqu'en France avec ce couple qui l'a transformé, laissant Félix à sa propre solitude. (11) Les français étant beaucoup plus tolérants sur la nature du sang, Katya a effectué l'ensemble de sa scolarité à Beauxbâtons. (12) S'enchaînant dans le cachot de l'école les nuits de pleine lune, elle s"est promise de se venger de ces sangs-purs qui ont ruiné sa vie. (13) D'abord élève puis ensuite médicomage à l'école de sorcellerie, Katya fût reconnue pour ses nombreux talents en matière de soins magiques. Domaine qu'elle a choisi en hommage au jeune Vogel. (14) Elle a été recrutée par la résistance à l'âge de vingt-hui ans en vue de combattre l'Empire, conscient de l'avantage qu'apporterait son don. D'abord hésitante, c'est la pensée de Félix qui l'a convaincu. (15) Voilà maintenant trois ans qu'elle est de nouveau sur le territoire de l'Empire. Devenant l'un des bras-droits des chefs de la rébellion, Katya tente de s'infiltrer et d'obtenir des informations nécessaires à l'organisation par tous les moyens.
Maintenue à terre, sa joue écrasée contre les joints du parquet en bois ciré de ce jour. Ses yeux embrumés, effrayée par la fureur de son maître, s’agitaient dans tous les recoins de la pièce à la recherche d’un soutien. Mais elle était seule. Seule face à la monstruosité de cette âme noire. Cauchemar éveillé. Sa chevalière tenue au bout de la pince à cheminée, le patriarche approchait le bijou des flammes ardentes. La jeune adolescente, innocente de tout crime, se débattait d’autant plus à l’entente des crépitements du feu. Contre toutes attentes et sans émettre un seul appel à la pitié, elle usait du peu de force qu’il lui restait après ces nombreux coups pour se défaire de son emprise. Telle une guerrière prête à tout pour juste ce qu’elle considère de plus précieux : la liberté. Mais le père Vogel, plus imposant que la mince carrure de la jeune esclave, n’avait aucune difficulté à l’enfoncer davantage dans le bois des planches. C’était une leçon qui lui donnait. Savoir où était sa place et surtout y rester. Ne jamais oublier à qui elle appartenait. Un maudit rejeton abject. Rien de plus. Née pour servir son maître. Attrapant ses longs cheveux blonds d’une main, il les tirait sur le côté pour dévoiler sa fine nuque qui craqua sous la pression. Ses tripes s’agitèrent. Ses muscles se contractèrent. Le silence régnait sur l’ensemble du domaine, chacun alerté par la colère du maître qui allait s’abattre sur la jeune bulgare. Souffle saccadé. Effrayée. Elle ressentit une chaleur s’approcher de sa fine peau. Puis un cri. Un seul. De souffrance. De désespoir. D’épuisement. Un hurlement perçant qui déchira les murs et le cœur du jeune Vogel qui assistait à la scène. Une mince odeur de chair brulé se rependit à travers la pièce. Marquée à jamais du sceau de la maison Vogel. Au bord de l’évanouissement, seules fût perceptibles les dernières paroles du maître :

« Rappelle-toi où est ta place, esclave. Implore chaque jour ma miséricorde car je suis la main qui te nourrit mais elle peut être celle qui t’anéantit. »
La Bulgarie. Un pays que tous espéraient prospère. Tiraillé depuis des années par une succession de divers régimes, le Prince allemand Alexandre de Battenberg fait un coup d’Etat et s’octroie alors les pleins pouvoirs. Un prince assoiffé par la puissance. Un peuple criant famine. Le malheur était à chaque coin de rue. Le soulèvement des bulgares contre la Roumélie orientale répandait à travers les habitants un sentiment d’insécurité. Nombreux sont les hommes qui profitaient des temps de guerre pour leurs profits personnels. C’est ainsi que les bulgares ont vu réapparaître le marché dit « noir », la famine, les violences, les jeux d’argent et la traite d’esclaves vers l’Empire nordique. C’est au milieu de ce désespoir que la jeune Katya parvenait à se frayer durement un chemin à travers la vie. Âgée de six ans à peine, elle était déjà aussi sauvage qu’une lionne en quête d’aventures. Curieuse. Agile. Ouverte aux milliers de petites choses autour d’elle qu’un adulte aurait plutôt qualifiées d’insignifiantes. Un enfant voit toujours le monde sous son plus beau jour. Au marché avec sa mère moldue, elles étaient en quête de provisions pour la semaine qui s’annonçait d’ores et déjà difficile. Dépendante des jeux d’argent, maman Vasilev avait accumulé les dettes auprès d’un sorcier malsain à la réputation redoutable, nommé Belikov. La jeune enfant se souvenait parfaitement de ses venues tard le soir, finalement devenues régulières. Dont une particulièrement effrayante la semaine passée. Conversation incompréhensible pour elle qui épiait du haut de l’escalier, Katya pouvait néanmoins en comprendre la teneur au ton froid et menaçant de ce Belikov envers sa mère. Le sorcier ne lui laissait pas plus d’une semaine pour rassembler la somme d’argent à rembourser, auquel cas il lui prendra sa fille en guise de paiement. Les pires pensées lui parvinrent en tête. Qu’allait-elle subir sa pauvre enfant ? Esclavage, prostitution, torture, et d’autres qu’elle n’eût pas la force mentale d’imaginer. La semaine passait. A une allure déconcertante et effrayante. Maman Vasilev avait presque vendu tous leurs biens mais elle ne put qu’en tirer qu’une mince somme. Au marché, elles s’arrêtaient toutes les deux auprès d’un marchand de bijoux fantaisies, ornées de quelques fausses pierres précieuses. La jeune femme tentait une fois de plus de vendre ses modestes bijoux mais le marchand avait bien compris sa détresse et le fait qu’il possédait un large pouvoir de négociation. Tirant sur la jupe longue et terne de sa mère, Katya enviait l’un des colliers sur le présentoir. Celui plaqué or dont le médaillon était une pierre précieuse en toc en forme de spirale. Son insistance envers sa mère ne mit pas longtemps à se faire réprimander. Mais cela fût interrompu par une main sur l’épaule de la dame. Belikov. Vasilev se sentit faiblir. Frêle et tremblante. Elle lui tendit sa bourse, trop légère au goût du sorcier. Il lui fallait plus de temps. Mais le temps était déjà écoulé. En un claquement de doigt, Belikov lui signifiait que le dernier grain de sable était tombé. Katya fût attrapée par un homme de forte carrure dont les bras devaient être équivalemment à la cuisse d’un bœuf. Sa mère s’est défendue mais un revers de la main de la part du sorcier lui fit rejoindre le sol. Affaiblie. Désorientée. Résignée. " мама ! " Un appel au secours. L’appel d’un enfant envers sa mère. Les parents ne sont-ils pas là pour protéger leur progéniture ? Même les animaux sont plus protecteurs que les humains. Eux, se battent jusqu’à la mort pour protéger leurs petits. Père inconnu. Sa mère venait de l’abandonner aux mains de ce renégat. Ils l'ont emmené dans des contrés dont elle ne connaissait ni le nom ni même l’existence, avant d'être vendu en tant qu’esclave au plus offrant.
Elle était là, cachée entre le coin du mur et ce meuble en bois fait sur-mesure incrusté des armoiries de la famille Vogel. Il mettait en valeur la tête du patriarche sculpté dans le marbre, son maître. Le symbole de sa terreur et de sa peau marqué. Dominant le manoir, ce hall était assez majestueux pour sublimer les yeux des invités les plus impressionnables. Seul les quelques vaisseaux de lumières dus à la pleine lune perçaient l’obscurité de la pièce et donnaient une mince visibilité sur les escaliers, là où devait s’immiscer la raison de son attente. Félix. Ce jeune garçon qui allait bientôt la rejoindre, dans le but de s’enfuir avec elle. Le plus loin possible de ce monde de servitude. A l’abri de ces journées où son corps n’était que le réceptacle des excès de colère du paternel. Sa peau craquelé à quelques endroits et d’autres abritant des cicatrices mal refermées. Des marques lui rappelant à vie son insignifiance, son existence tolérée bien que méprisée. La lune se levait encore plus haut dans la nuit, venant dévoiler le visage poussiéreux d’une esclave en quête d’espoir. Comme si elle l’appelait à résister, comme si elle l’encourageait à se libérer des chaînes qui lui ont été imposées. Mais la morsure de loup à son bras qui s’infectait depuis quelques nuits semblait d’ores et déjà être un frein à sa quête d’humanité. Les potions de son ami, aussi talentueux soit-il, ne suffisaient pas à cicatriser sa plaie. Ce soir encore, cette sensation de brûlure s’accentuait comme un acide qui tombait goutte à goutte sur sa peau frêle. Puis c’est ce creux dans son ventre, compressant ses organes, qui l’a mise à genoux. Des craquements résonnaient à l’intérieur de son corps, ses os se brisaient et se reconstituaient dans un squelette animal. Une envie de hurler à la mort mais sa cage thoracique se resserrait, comprimant ainsi ses poumons et coupant son souffle. Empêchée de dévoiler un quelconque son, ce ne sont que des larmes silencieuses qui traduisaient sa douleur. Se laissant tomber par dessus la fenêtre du rez-de-chaussée demeurée ouverte, l'enfant s'est écroulé à même le sol, déracinant quelques magnolias fraîchement plantées dans sa chute. Cet animal en elle, dominé par ses instincts, se perdit dans la nuit. Traversant la forêt dans une course agile. S'abandonnant au loin. Derrière elle, Félix. Mettant fin à son rêve enfantin d'une idylle d'un vaillant prince charmant sortant la princesse de son cachot. Un hurlement de loup retentissant à travers les bois. Synonyme de délivrance.
Les premières lueurs de l’aube s’éternisaient sur le visage de l’enfant endormi. Au pied d’un arbre, dévêtue et recouverte des premières feuilles mortes d’automne, c’est la mince couverture qui se posait sur elle qui la réveilla. Paniquée, elle se sentait instinctivement menacée. Mais c'est un couple d'une infinie tendresse qui la rassura. Ils étaient comme elle. Ils l'avaient engendré. Une louve désireuse d'un enfant qu'elle ne pouvait concevoir. Ils ont emporté la jeune enfant loin de ce domaine ravageur. Ils lui ont offert ce que tout enfant pouvait espérer. Une famille. Une renaissance. Le début d'une nouvelle vie. A quelques mètres, elle traverserait la frontière en direction de la France, ce pays aux milles promesses, laissant derrière elle ces êtres infâmes. Les yeux scrutant l'horizon en amont, balayant les cauchemars de son enfance. Un dernier adieu sans sanglots, sans remords. Des pas empressés en direction d'une ère de tolérance. Un nouvel espoir qui naît. Enfant perdu à la quête d'un semblant d'amour. Une rose qui se fanait, liée aux jours sombres qui s'enchaînaient par delà les montagnes embrumées. Une rose en ce jour qui reprend des couleurs, qui s'est révélée d'une force éclatante au froid de l'hiver. Une jeune lycanthrope. Malédiction pour les autres, une bénédiction pour elle. Ancienne proie des sorciers malsains. Puis une promesse. Une sentence irrévocable. Celle qu'un jour, les rôles seront inversés. Elle serait le loup dans les bois, la bouche suintant le sang de ces anciens bourreaux.
Un refuge. La France. L’espoir. Katya découvrit avec ces gens la tolérance et le bonheur que procure le fait d’avoir une vie. La liberté. Libre d’être quelqu’un. Être soi. Ne plus être effrayé. Une renaissance. Beaubâtons était sa chance d’avancer et de trouver sa place. D’oublier le passé. Même s’il était marqué sur sa peau. Quitter l’Empire était aisé. Mais prendre un nouveau départ et apprendre à se mêler aux autres s’était retrouvé être plus difficile. Méfiante, Katya était les premières années dans sa bulle de solitude avant de progressivement s’élancer vers les autres. Sa scolarité à l’école de sorcellerie était ses plus belles années. Elle y a apprit à être raffinée, délicate, respectueuse des coutumes et des autres. Katya ressentait pour la première fois ce que c’était d’être une jeune fille comme les autres étudiantes. Elle y a vécu son premier bal et même son premier baiser. Les murs de cette école se sont révélés être sa plus belle maison. Même si la relation avec les sang-purs à Beauxbâtons et en France se déroulaient pour le mieux, elle gardait néanmoins cette haine envers ceux de l’Empire, n’oubliant jamais la promesse qu’elle s’était faite en quittant le territoire. Elle se surprit aussi à plusieurs reprises de tourner ses pensées vers Félix. La jeune femme s’imaginait les traits de son visage plus murs, tentant de le décrire au jour d’aujourd’hui. Se refusant de l’admettre, c’est la pensée de ce jeune garçon soignant ses plaies qui lui ont donné l’envie d’entamer sa carrière en tant que médicomage. Exerçant à Beauxbâtons, elle fût recommandée puis recrutée à vingt-six ans par la résistance en vue de combattre l’Empire. Une opportunité. Celle de revoir un jour ce jeune garçon qui fût le seul à lui montrer de la pitié. De s’expliquer sur sa fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella Vesarivieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
posts : 73
name : .valyria (aurélie)
faceclaim : ucey
Sujet: Re: katya vasilev (forum harry potter) ( le Lun 8 Mai - 21:32 )
Olivia Cooke
Emma Watson
Lily James
Gal Gadot
Imogen Poots
Emily Browning
Sarah Gadon
Cara Delevingne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: katya vasilev (forum harry potter) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- katya vasilev (forum harry potter) -
 :: Administration :: Partie Staff :: mes personnages.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 :: Administration :: Partie Staff :: mes personnages.