Partagez | 
 

 eowyn-linae hopewell (what's your number)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Reinhartvieille fille et blogueuse désespéréeavatarposts : 94
name : valyria (aurélie)
faceclaim : emma watson (Granger)
âge : vingt-cinq ans.

MessageSujet: eowyn-linae hopewell (what's your number)   Mar 17 Jan - 10:24

NOM(S) : Mon frère et moi sommes orphelins. Je n'ai jamais connu nos parents, je n'étais qu'un bébé lorsqu'ils sont morts. Et la seule chose qu'il nous reste d'eux, c'est leur nom de famille : Hopewell. Je le trouve un peu bizarre, pas vous ? Enfin, on choisit jamais. PRÉNOM(S) : Mes parents m'ont prénommée Eowyn-Linae. Des prénoms peu communs, il faut l'avouer. Mais je n'ai pas eu le temps de leurs demander le pourquoi du comment d'un tel choix. En second prénom, j'ai eu le droit àOlivia, le prénom de ma grand-mère apparemment. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Je suis née le 24 mai à Belfast en Irlande du Nord. Et ce n'est que quelques jours plus tard que cet accident de voiture qui coûta la vie à mes parents se produit. Ils me ramenaient à la maison...ÂGE : Les années ont passés et nous nous en sommes sortis à deux, avec mon frère Jaden. J'ai atteins les vingt-cinq ans il y a quelques mois et j'ai l'impression que les années passent sans que je n'ai eu le temps de les voir. ORIENTATION SEXUELLE : Je suis désolée pour les demoiselles qui seraient intéressées mais je suis totalement hétérosexuelle, bien que j'ai une période où j'ai un peu tout essayer et que les filles ne me dérangeait pas le moins du monde. Mais cette période est révolue et loin derrière moi. SITUATION CIVILE : Au jour d'aujourd'hui, un homme me fait battre le coeur mais je sais très bien que rien n'est éternel. Vu des mensonges que je lui fournis, je crois bien qu'il n'y aura pas de happy ending pour notre histoire...PROFESSION : Je suis infirmière à l'hôpital de la ville de Wicklow. Ce sont des horaires très durs mais j'aime mon métier. A côté de ça, je fais partie d'un gang avec mon frère et d'autres personnes. Nous sommes desbraqueurs assez réputés en Angleterre et Irlande pour des vols d'objets d'arts et de coffres forts. Tu connais "Ocean Eleven" ? Pareil. NOMBRE DE PARTENAIRES SEXUELS : écrire ici. TA DERNIERE SOIREE : écrire ici. (en une ou deux lignes. c'était comment, où, avec qui, pour quelle occasion?) GROUPE : Les Rêveurs.
Eowyn n'a jamais connu ses parents, ils sont morts dans un accident de voiture alors qu'ils ramenaient pour la première fois Eowyn a la maison. △ Elle a eu cicatrice sur l'épaule du jour de l'accident. △ Alors qu'ils étaient séparés lors des placements en famille d'accueil, Eowyn n'a jamais supporté être loin de son grand frère et n'arrêtaient pas de crier et de pleurer jusqu'à ce qu'on la ramène à lui. △ Son grand frère a toujours pris soin d'elle par la suite, personne n'avait le droit de toucher à sa soeur. △ Ils ont toujours vécu à Galway et à la majorité de son frère, Eowyn est partie vivre avec lui. △ Pour survivre dans ce monde, puisqu'ils ne pouvaient pas accéder à l'université faute d'argents, son frère a monté un groupe à la "Ocean Eleven" pour des cambriolages et braquages de grande qualité. △ Il a entraîné Eowyn dans cette affaire, étant la plus souple et la plus discrète, c'est son meilleur atout en ce qui concerne le vol. △ Eowyn, son frère et le reste du groupe se sont installés à Wicklow alors que la demoiselle avait vingt-et-un ans. △ Avec l'argent de ces actes criminels, Eowyn a pu suivre une formation d'infirmière. △ Elle court tous les matins dans le quartier pendant une à deux heures. △ Malgré qu'elle tente d'être féminine dans ses vêtements et son comportement, quand elle se retrouve avec son grand frère et les autres gars du groupe, elle a ce côté mec. △ C'est une grande cinéphile et une adepte des films d'horreur. △ Elle vit depuis quatre ans à Wicklow. △ Eowyn est tombée amoureuse du policier qui s'occupe d'enquêter sur eux. Mal barrée la miss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
Jade Reinhartvieille fille et blogueuse désespéréeavatarposts : 94
name : valyria (aurélie)
faceclaim : emma watson (Granger)
âge : vingt-cinq ans.

MessageSujet: Re: eowyn-linae hopewell (what's your number)   Mar 17 Jan - 10:24

" Je l'ai laissé tomber, mon cœur, et pendant qu'il tombait, tu t'es levé pour le réclamer. Il faisait sombre et je n'en pouvais plus jusqu'à ce que tu m'embrasses et que tu me sauves. Mes mains, elles sont fortes, mais mes genoux étaient beaucoup trop faibles pour tenir dans tes bras sans tomber à tes pieds. Mais il y a un coté de toi que je n'avais jamais connu. Toutes les choses que tu disais, n'étaient jamais vraies. Et les jeux auxquels tu jouais, tu voulais toujours gagner. "
« Nous ne discutons pas la famille. Quand la famille se défait, la maison tombe en ruine. » Quand j'étais enfant, je m'agrippais au grillage de la cour qui donnaient vers une rue du centre ville de Galway et j'observais les gens passés durant toute l'heure de sortie qui nous était accordée. Je devais être âgée d'à peine cinq ou six ans, je ne m'en rappelle plus vraiment. Mais je me souviens bien de chaque visage que j'ai observé. Cet enfant de trois ans environ qui mangeait une glace à la fraise, que j'avais déduis par la couleur rouge de la boule, tout en tenant la main de son père qui venait le porter ensuite sur ses épaules pour traverser la foule. Cette petite fille dans une robe à fleurs qui pleuraient parce qu'elle était tombée et sa mère bienveillante qui séchait ses larmes avant de la soigner avec un baiser magique sur le genoux. J'observais, envieuse, ces parents et ces enfants qui semblaient heureux alors que moi, j'avais perdu les miens. Et quand j'étais petite, je pensais que c'était de ma faute. C'est en me ramenant de la maternité que l'accident de voiture se produisit, Jaden était endormi à la maison. C'est mon père qui m'a sorti tant bien que mal de ce lac avant de mourir d'une hémorragie à mes côtés. J'ai toujours cette cicatrice sur mon épaule qui me rappelle ce douloureux jour. Jaden était désormais ma seule famille et malgré qu'il aurait pu, par son jeune âge, me condamner de la mort de nos parents, il m'a protégé comme la prunelle de ses yeux, reprenant ainsi le flambeau de nos parents. Je me remémore parfois avec un sourire ces fois où ils ont essayés de nous placer dans des familles d'accueil différentes. Je hurlais, je pleurais, je me débattais pendant des jours, voire des semaines, jusqu'à ce qu'ils décident à me ramener auprès de mon frère. Cela c'est produit trois fois et ils ont compris qu'ils ne pourraient jamais nous séparer. Il était ma famille, ma seule. Et par mon jeune âge, je savais pertinemment que je n'en voulais pas une autre. Que c'était lui ou rien. « C'est nous contre le monde, pas vrai Jaden ? »
« Un frère ne peut prendre la place d’une mère. J’ai besoin de ma mère comme d’un exemple à suivre. » Il y a un jour dans notre vie passée où la vérité éclate à nos yeux. Nous avons beau être encore que des enfants, elle est si claire comme l'eau de l'océan et c'est à ce moment là que l'on grandit. Il nous suffit simplement de ça pour pouvoir passer d'un capte à l'autre, de celui d'enfants à adolescent, d'adolescent à adulte. Déjà que Jaden et moi étions beaucoup plus matures que notre âge de part, nous avons grandi beaucoup trop vite et l'orphelinat dans lequel nous avons passé toute notre enfance et adolescence n'a rien arrangé. C'est ce fameux jour où Jaden et moi nous sommes rendons compte que, malgré tout les efforts de mon frère, il nous manquait le lien d'une mère à sa fille et celui d'un père à son fils. J'avais à peine treize ans et mon frère en avait seize. J'étais installée assise sur le lit de Jaden et nous étions entrain de jouer à un jeu de cartes qu'il avait appris en regardant les enfants d'une école voisine dans la cour de récréation. Mon frère a toujours été un grand observateur et c'est même devenu son plus grand talent par la suite. Alors que depuis déjà plusieurs minutes je ressentais des douleurs dans le bas de mon ventre, je me suis levée pour aller aux toilettes et c'est à ce moment précis qu'il a déclaré : « Eowyn, tu fais une hémorragie du vagin ! » J'avais le pantalon en sang au niveau des fesses et les draps de mon frère n'avaient pas été épargnés. Il s'est précipité dans tous les sens, en hurlant d'appeler les ambulances et même les pompiers. Dans la panique, il m'a apporté des mouchoirs, du papier toilette et même une éponge. Alors que je commençais moi-même à paniquer et à pleurer, c'est une des surveillantes de l'orphelinat, Dorrit, qui s'en est occupée en expliquant à Jaden et moi que c'était simplement parce que je devenais une femme.
« Maintenant que je suis majeur, Eowyn, je vais t'emmener avec moi et nous allons enfin vivre notre vie. » Et il ne m'avait pas menti. Jaden a atteint ses dix-huit ans et donc la majorité. Je suis restée quelques mois de plus à l'orphelinat le temps qu'il trouve un travail et un endroit où se loger. Puis il est passé en commission pour demander ma garde, étant la seule famille qu'il me restait. Et, malgré qu'il nous a fallu encore quelques semaines d'attente pour le verdict, le jugement a été prononcé en notre faveur et j'ai pu retrouvé mon frère pour vivre avec lui. Durant toute notre vie à l'orphelinat, mon frère m'a protégé comme la prunelle de ses yeux et encore aujourd'hui, c'est le cas. J'ai rapidement trouvé un travail en tant que serveuse dans un restaurant du centre ville de Galway. Mais l'année suivante, mon frère avait d'autres projets. Des projets beaucoup plus grands et il m'assurait que cela me permettrait de faire les études nécessaires pour devenir infirmière. J'avais seulement seize ans et pour mon frère, j'aurai tout donné.
« Tout d'abord, il nous faut un aperçu de la salle des coffres. Eowyn, tu as une bonne mémoire visuel, tu te feras passer pour une riche américaine qui vient tout juste d'emménager et qui veut placer l'argent de sa famille dans un lieu sur. Ainsi, on aura déjà un aperçu du fonctionnement de la porte et des coffres forts. » Au début, c'était seulement des petits vols dans les magasins au bout milieu de la nuit. Jaden m'avait surnommé Pas de félins car je me glissais sans aucun bruits pour vider les caisses. Puis au fil des mois, nous avons formé un groupe tel le film Ocean Eleven et nous nous attaquons à des choses de plus en plus sérieuses. Ce braquage ci, nous le préparons depuis plusieurs semaines déjà et nous avions même pris un petit motel à Port Augusta pour se retrouver au plus près de la banque. A vingt-ans, je faisais partie d'une organisation de vol très bien organisé et ceci allait être notre premier gros coup. Je savais pertinemment que ce que nous faisions était criminel. Mais mon frère a réussi à trouver les mots justes pour me convaincre et je touchais maintenant du bout des doigts mon rêve de devenir infirmière.
" Je ne me souviens plus d’un moment, j’ai essayé d’oublier. Je me suis perdu, il vaut mieux ne pas le dire. Maintenant je suis plus prés du bord. C’est un millier pour un et un million pour deux. Il est temps de descendre dans les flammes et je t’emmène plus prés du bord. Non, je ne dis pas que je suis désolé. Un jour peut être que nous nous rencontrerons à nouveau. "
« Chaque début d’écriture est un retour à la case départ. Et la case départ, c’est un endroit où aucun de vos accomplissements passés ne compte. » Notre précédent braque à le banque de Port Augusta a été une véritable réussite. Et pour fêter ce pactole, nous nous sommes posés nos valises dans la ville de Gold Coast dans l'Etat de Queensland. Nous avons également titiller les nerfs des policiers de l'Etat de South Australia. C'est aussi pour cette raison que nous sommes venus à Gold Coast. Bien que nous ne laissons aucun indice derrière nous, nous sommes certains d'être un peu plus tranquille dans un autre Etat. J'ai entrepris une formation d'infirmière grâce à l'argent que j'avais économisé. Pour moi, ma vie reprenait comme je l'entendais. J'étais décidé d'arrêter tous ces vols de coffres forts et d'oeuvres d'art. La plupart de notre récolte avec mon frère était destiné comme don anonyme à l'orphelinat qui avait pris soin de nous, à Broken Hill. Maintenant que j'étais embauchée comme infirmière à l'hôpital de Gold Coast, je ne me voyais plus continuer ces vols. Encore moins quand je l'ai rencontré, lui.
« La mort n'est que la mort ; on ne signifie rien par sa mort mais on la subit. » La mort est mon quotidien. J'avais beau m'y être préparée mentalement, le coeur n'avait pas suivi. Ces yeux lavés de toute vie que je pouvais contempler. Ces gens en larmes avec le peu d'espoir envolé. Nous l'avons perdu. Cette phrase, je la connaissais tellement par coeur que c'est devenu une simple habitude et je perdais toute humanité dans ma voix. « Blessé par balle, Hopewell venez avec moi ! » En courant vers l'entrée des urgences, je ne savais pas encore que j'accourais vers mon avenir mais aussi vers ma perte. Je savais que j'étais foutue au moment où mes yeux se sont posés sur lui. Cet être qui semblait si fragile à cet instant mais qui n'était pas pour autant courageux et valeureux. J'ai été son infirmière durant les jours de son hospitalisation. Des sourire, des rires. Peut être même que je le privilégiais plus que d'autres. Et puis, il s'en est allé. Il est revenu avec de fleurs quelques jours plus tard. Puis il y a eu un rendez vous, et un autre...
« Le regret me prouve que je ne suis pas dans la bonne direction. » Depuis quatre ans, nous n'avons qu'un seul braquage. Une banque dans l'Etat de Victoria, près de Melbourne. Mais à l'heure d'aujourd'hui, je ne pouvais plus continuer. A vingt-quatre ans, je commençais à ressentir ce que toutes les jeunes femmes de mon âge ont envie : se construire un avenir et fonder une famille. Et quel avenir pourrais-je offrir en menant une double vie ? « C'est à cause de cet homme que tu veux arrêter ? » Jaden a toujours su lire en moi comme un livre pleinement ouvert et écrit en gros caractères. Depuis que je l'avais rencontré, lui, cet homme qui me faisait sentir normale, je voulais être pleinement honnête. Et pour cela, je devais tout arrêter. Mais il y a quelque chose que je cachais à mon frère, un épisode que j'avais oublié de mentionner. Il était flic. Quoi de plus fou pour une criminelle en recherche dans deux Etats de l'Australie de sortir avec un policier ? Je savais qu'il ne me le pardonnerait jamais. « S'il te plait, Aelys. On a besoin de toi et après, tu pourras arrêter tout ce que tu veux. Mais on a besoin de toi pour ce coup là. » L'amour entre un frère et une soeur. Jaden m'a élevé, il a prit soin de moi et même s'il a un moment il n'était pas sur de pouvoir subvenir à mes besoins, il m'a tout de même sorti de l'orphelinat pour être avec lui. Alors comment pouvais-je lui dire non ?
« Le musée de Wicklow inaugure sa nouvelle acquisition. Le donateur donne une réception dans sa villa privée. L'objet est un oeuf orné de diamants. Eowyn, tu seras à l'extérieur pour distraire le donateur et sa femme. Pendant que nous désactiverons les caméras de surveillances, tu auras exactement dix minutes pour t'en emparer avant que la police n'intervienne. » J'étais en face du précieux donateurs et de son épouse. Il faisait je-ne-sais-trop-quoi en Afrique et c'était un grand exportateur américain en vacances en Irlande. J'avais pris le nom de Rebecca et je me faisais passer pour une française venue au nom d'un investisseur pour le musée. Un signe de tête d'un membre du groupe et me prétextait le besoin de me rafraîchir. J'avais exactement dix minutes. Me rendant alors aux toilettes, j'ai emprunté l'aération pour me rendre jusqu'à la salle où se trouvait l'objet. Je l'ai pris sans aucune difficulté et je me suis à rendu à notre lieu de rencontre. J'ai remis l'objet à mon frère avant de retourner vers le donateur pour poursuivre notre conversation avec sa femme alors qu'il semblait perturbé. Cinq minutes plus tard, les policiers sont arrivés et l'un sortant d'une des voitures, j'ai vu son visage. Je ne savais pas ce que mon frère allait faire de cet oeuf, surement le donner à notre client. Mais à ce moment précis, ça m'était complètement égal. Il y avait le vide autour de moi, tout ce qui me perturbait était l'image de Dorian. Il était chargé de l'enquête, il était maintenant à notre recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winteriscoming.bbfr.net/ http://winteriscoming.bbfr.net/
 
eowyn-linae hopewell (what's your number)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
valyria test :: chapter one/ every flight begins with a fall. :: Nothing burns like the cold. :: mes personnages.-
Sauter vers: